Du bois à la mode: les secrets de l'innovation  avec Damien Beal

Photo prise par Steves Hounkponou


Il est 10h52, nous avons rendez-vous avec Damien au 22, rue Royale à Versailles, au L’A.BO, l’atelier-boutique Damien Béal. Après une présentation de son apprentie qui travaille à ses côtés et de ses locaux, Damien me propose un thé bio Senchaï puis nous nous installons sur son plan de travail où il réalise ses sacs.

Bonjour Damien, merci de me recevoir, parles moi de ton parcours

"L'objectif était de créer un véritable accessoire de mode"

A l’origine, je suis menuisier-ébéniste, j’ai débuté ma formation à 14 ans. Cela m’a amené à pas mal voyager. Il y a 5 ans, j’ai commencé à vendre mes propres collections de mobilier et de décoration. En 2014, une amie m’a demandé de lui confectionner un sac en bois « la Ninetta », pour l’exposition Forests for Fashion – Fashion for Forests à l’ONU, à Genève. L’objectif était de créer un véritable accessoire de mode.

Par la suite, j’ai fait évolué ma création et j’ai conçu mon 1er sac pour homme en y intégrant le cuir. Je l’ai offert à mon frère, qui vit à Paris. Il se faisait souvent arrêter pour connaître la marque de son sac.

 


Qui se cache derrière Damien Beal ?  

Je suis un créateur avant tout. Mon plaisir quotidien c’est d’avoir une idée qui mûrit petit à petit puis de la réaliser. Je cherche continuellement à proposer des créations originales, qui se démarquent, aussi bien pour la maroquinerie, que pour le mobilier ou la décoration. Les gens ont souvent tendance à porter des choses semblables. Je désire proposer une alternative pour les personnes qui ont un amour profond des beaux produits et visiblement cela retient l’attention des gens car ma marque commence à faire son chemin et rencontre un petit succès.


Parles-nous de la fabrication de tes produits.

Les sacs sont faits en bouleau et en cuir tanné végétalement. Ces deux matériaux sont assemblés à la main, dans mon atelier versaillais, avec une couture traditionnelle, le point sellier. Dans chaque sac se trouve une pochette amovible en coton enduit. Je cherche avant tout à proposer une maroquinerie de qualité et pérenne. Je souhaite que mes sacs vieillissent avec leurs propriétaires. Je choisis donc des cuirs plus « propres », non chimiques, avec une conscience éco-responsable, mais aussi dans un souci esthétique car j’aime que le cuir se patine avec le temps et ainsi embellissent mes sacs.

 

Aujourd’hui, la collection Damien Béal compte 9 modèles de sac qui vont de la petite pochette au sac de voyage.

J’enrichis la collection permanente de séries limitées ou pièces uniques, créées en collaboration avec différents artistes, comme L’Artisan Tatoueur ou le chanteur Tété.

Je te dévoile une exclusivité, cette année la nouveauté sera le sac à dos qui est l'un des sacs les plus difficiles à concevoir.


Qu’est-ce que tu préfères dans l’entrepreneuriat ?

Ce que j’adore c’est que toutes les journées sont différentes. Il n’y a pas une seule chose que je n’aime pas faire. Tous les jours, je suis toujours content d’aller au boulot. De plus, l’entrepreneuriat t’apprend la patience car tu rencontres des galères à surmonter.

Finalement un projet c'est comme en enfant, tu dois prendre le temps de le faire grandir, de le voir mûrir. C’est cela être entrepreneur.

 


Quels sont les 3 coins et/ou adresses que tu recommanderais en France ?

-       Au pied d'un arbre extraordinaire, un chêne centenaire, qui se trouve à Tombeboeuf près d’Agen.

-       La rue de Bretagne et ses alentours. Mes fournisseurs se trouvent principalement dans ce quartier, je m'y sens chez moi.

-             Mon autre atelier situé en Vallée de Chevreuse, qui est un lieu incroyable.


Quels sont tes restaurants préférés ?

-      La Table du 11 à Versailles, qui est le meilleur étoilé de ma vie. Le jeune chef a obtenu sa première étoile au Guide Michelin en 2016.

-       Dévorer une des meilleures crêpes de la capitale Chez Alain Miam Miam au marché des Enfants Rouges dans le 3ème arrondissement de Paris.

-    La Casa Milano, dans le 7ème arrondissement de Paris, j’aime ce lieu dans lequel tu peux déguster un délicieux burger cuisiné devant toi.


Tes essentiels ? 

Une ceinture

Un couteau

Un crayon de papier de menuisier pour dessiner lorsqu’une idée me vient à l'esprit


Quels conseils pour une personne désirant se lancer dans ton métier ?

Selon moi, il faut faire les choses pour les bonnes raisons et l’argent ne doit pas être un moteur. Certes, on en a besoin mais c’est la passion qui compte avant tout. Si la démarche est honnête alors cela fonctionnera tout simplement. Il est difficile de se lancer, de trouver les bonnes idées, de faire les bons réajustements, mais au final la passion triomphe toujours. 


Quelle prestation de myblackhats recommanderais-tu?

La formule Total Look car quitte à avoir l’esprit libre autant faire appel à un expert. Cela peut être intéressant de prendre le temps d'être coaché pour définir son propre style.


Damien, pour finir, as-tu une question à me poser ?

 

Question : Qu’est ce qui te pousse à passer de l’autre côté, ne pas être qu’influencer/ bloggeur et vouloir créer ta marque ? 

Je suis né au Bénin, j’ai grandi à Paris, je rêve d’un monde beau. Je promeus les marques que j’adore, cela me fascine. Mon but en voulant lancer ma marque est de cibler les envies de mes clients. J’ai 10 années d’expérience dans le retail sur des postes stratégiques, et j’ai vécu une frustration de ne pas forcément être écouté avec mes analyses liées aux envies des clients.

Je voulais donc les satisfaire tout en mettant en avant ma créativité et mes envies. J’ai toujours eu la fibre entrepreneuriale, le but a toujours été de créer mon entreprise. Mon ambition est de générer des emplois à Paris et de créer cette association au Bénin afin d’aider les personnes qui n’ont pas accès aux médicaments Bénin grâce à une partie des bénéfices.


Et si on allait au delà? Vous désirez investir sur vous et choisir les bonnes tenues avec l'aide de nos équipes? Par ici pour découvrir notre prestation époustouflante !