Découvrez l'histoire du wax!!!

Photo prise par icemecri


De nombreuses personnes me demandent ce qu’est le wax, alors, j’ai voulu en faire un article pour vous, un cadeau sur le wax comme d’habitude en 7 clés.                                                                                                                  Le wax, signifie « cire » en anglais ou « tissu africain ». C’est un textile de coton ayant reçu sur les deux faces un cirage lui donnant des propriétés hydrophobes (repoussant de l’eau). Les cires utilisées sont colorées et forment des motifs qui varient souvent par souci d’esthétique. Très présent en Afrique subsaharienne, il sert à la confection de nombreux habits, dont les pagnes wax. Selon son origine, il est dit « hollandais », « anglais », « africain » ou « chinois ».

1.   Histoire du Wax

 

Les Européens décident de vendre le Wax au Ghana, où les Africains adorent les motifs extraordinaires"

 

Au 17ème siècle, les Provinces Unies à la recherche d’extension de leurs colonies prennent Malacca aux Portugais en 1644. Les hollandais recrutent en Afrique afin de combattre à Java… De retour des Indes orientales néerlandaises, ils ramènent des batiks dans leur malles.

 

Ces tissus plaisent énormément aux guerriers Ashanti(Ghana). Les européens y voient donc un moyen de commercer avec ce peuple. Ainsi, en Grande Bretagne, une usine s’inspirant du batik est installée avec de la cire pour fabriquer (wax en anglais). Les hollandais reprennent la technique et le perfectionnent avec le même nom.

 

Le but est de revendre ces batiks en Indonésie à faible coût et de produire en quantité et très vite. Les Indonésiens boudent cette production occidentale qu’ils jugent de mauvaise qualité (craquelures, irrégularité des lignes, pas du vrai batik…)

 

Les européens décident donc de le vendre au Ghana, où les Africains adorent les irrégularités de ces produits. Avec la disparition progressive de l’esclavage au 18ème siècle, les missionnaires favorisent la diffusion du pagne africain afin de couvrir la nudité de la population, par accord à leurs principes moraux. Les commerçants néerlandais prennent donc profit de ce principe afin de commercialiser le wax.

 

Années 1980 : essoufflement du wax. Les jeans et T-shirts venus de Chine donnent un style européen, et est prisée par la jeunesse africaine. Une béninoise, Gisèle Gomez s’installe en Côte d’Ivoire afin de redonner un nouveau souffle au wax. Elle porte ses confections stylées et plusieurs personnes reproduisent ses modèles. Des personnalités politiques vont en Côte d’Ivoire se faire confectionner des modèles et de nouveaux tissus apparaissent : le bazin (tissu rêche avec ou sans dessin) et le super bazin (très rêche, brodé ), le Lessi (tissu en dentelle, très prisé des Nigérians). Cependant, le wax continue d’être prisé.


2. La démocratisation du wax  

2015 : Beyoncé, Lady Gaga, Rihanna, Chris Brown l’utilisent dans leur clips et sorties. Le wax est considéré comme un summum de la mode par des marques tels que Burberry ou Agnès B.

 

2016 : Lors de l’investiture du président du Bénin, Patrice Talon, sa femme porte du wax. Michelle Obama porte aussi du wax lors d’un discours important à New York . Le wax est de plus en porté par les européens et de nombreuses personnes vont dans le 18ème se le procurer.


3. Techniques de production

"Au début, tout était fait à la main"

D’abord faite à la main, les industriels utilisent ensuite des machines pour améliorer le rendement. L’action la plus complexe réside à apposer la cire chaude et fluide sur le tissu de coton, qui doit être revêtu des 2 côtés afin de protéger les couleurs et l’éclat des teintures avec la même qualité.


4. Types de wax

Il existe différentes qualités et origines de wax :

-       Le wax hollandais 

-       Le wax anglais

-       Le wax africain 

-       Le wax chinois 

 


5. Les noms et origines

Divers noms sont donnés aux modèles sortis, toutes provenances confondues :

« Tu sors, je sors », sur ce modèle, on voit un oiseau sortir d’un nid et un autre prêt à le suivre 

 

« Feuilles de piment », le motif est d’un fond jaune avec des feuilles 

 

« Mamiwata ou Sièrene », « Emeraude »… ce sont des surnoms de femmes.

 

Le wax est porté en Europe et en Amérique, favorisant une démocratisation de son usage. Burberry, Agnès B, Anthropologie, Mary Katrantzou l’utilisent dans leur collection.


6. Art et culture

Le wax est utilisé dans les œuvres de l’artisite britannico-nigérian Yinka Shonibare, où il joue de l’origine métissée du tissu. 

En Août 2016, au Bon Marché, a eu lieu la boutique éphémère avec l’exposition du wax et la collaboration d’autres marques produisant du wax.

 

En Février 2017, au musée Adrien Kavachnina, Jacques Bosser fait une exposition sur le wax.

Jacques Bosser est né au Havre en 1946. Depuis 1986, ce peintre, sculpteur et photographe vit et a fixé son atelier à Montrouge. 

De longs séjours à l'étranger font naître des œuvres ou des pistes de travail pour de nouveaux projets. En 1988 , à Los Angelès. En 1992 et 1994, en Inde.

Dès 1995, il perfectionne sa maîtrise de la photographie et ne la traite plus comme ayant une fonction de double. Dorénavant, travaillant en studio, la photo est composée comme une peinture, travaillée en plans et couleurs.

 

Un long périple en Afrique en 1996 lui fait retrouver les sensations de son enfance, ayant vécu en Afrique équatoriale de l'âge de 3 à 12 ans. Puis, c'est le Japon en 1997, la Corée et Taiwan récemment.. Les images deviennent de pures œuvres plastiques, non recadrées, non retouchées que l'on désigne sous l'appellation de " photographie plasticienne ".

Dans le travail photographique de 2007 " Wax Spirit. " Un ensemble de portraits qui mettent en scène la communication dans les anciennes colonies depuis l'indépendance des années 1960 d'hommes politiques ou religieux à travers des tissus portés par les femmes appelé Wax (tissu aux couleurs vives). Jacques Bosser met en scène ce tissu, habillant une femme noire ou blanche servant d'arrière-plan à la photographie, tout en faisant références à la grande peinture de portrait du Titien à Gauguin.


7. Mon amour du wax

Je suis parisien, mais je viens du Bénin, de Cotonou. J'ai pu remarquer la beauté de ces tissus aussi bien à Paris, que dans mon cher Bénin, où je vais régulièrement. cela apporte une joie de vivre, une gaité, que nous pouvons ajouter aux couleurs sobres parisiennes. 

Je voulais vous remercier pour votre soutien et vous dire que je vois vos mails, si je prends du temps à répondre, c'est que je ne peux répondre à tous, mais vous pouvez m'ajouter sur Snapchat (myblackhats) ou sur instagram (theblackwiththeblackhat), où j'ai une meilleure interaction (surtout sur instagram). 

Que cela soit des questions sur la mode ou l'entrepreneuriat, je vous répondrai les blackhats.

 

Chapeau à tous :)


Vous êtes une entreprise à la recherche d'identité visuelle pour votre maison, nous sommes là, demandez un devis.