Le nouvel an iranien par FoodChéri


Ca y'est c'est le Printemps, ma saison préférée dans la mode, on peut bien s'habiller mais pas en étant encombré de manteaux, parapluies.... C'est aussi le soleil, la musique, les rendez-vous en terrasse des cafés avec les amis, et les barbecues entre amis et en famille. La mode et la nourriture pour moi sont liées, car il s'agit d'une question d'esthétisme. Alors, le chapeau noir a testé FoodChéri et vous invite à découvrir du 21 au 23 Mars la collaboration avec le restaurant Mazeh, 65 Rue des Entrepreneurs, dans le 15ème.

"Patrick Asdaghi, lance un concept innovant en 2015, un restaurant en ligne permettant aux citadins de manger sainement, rapidement à bon rapport qualité-prix : FoodChéri"


Le Mazeh 

Photo prise par icemecri

 

En 1984, Ali Tavassoli a ouvert le Mazeh dans le 15ème. D'origine irannienne,le restaurant propose une nourriture iranienne extraoridnaire. L'impératrice Farah Diba,d'Iran y vient dîner lors de ses voyages à Paris. 

Sam Tavassoli, le fils de Ali a repris les cuisines de Mazeh ensuite, en donnant la réputation à ce restaurant. J'ai eu la chance d'y découvrir les plats en avant-première la semaine dernière et j'ai adoré. 

 


Le "spectaculaire" riz Polo 

Le riz et moi, une question d'amour

Ceplat m'a plus pour plusieurs raisons:

J'ai connu une femme extraordinaire d'origine iranienne, qui partageait ma vie, et sa famille et elle sont d'une gentillesse extrême. J'ai pu découvrir ces plats avec elle, car les iraniens adorent le riz et moi aussi. Le Mazeh utilise le riz Polo, avec le chef qui a une préférence pour le riz Basmati 1121. La nourriture est folle avec un menu à 16.90€ (entrée, plat, dessert) proposé par FoodChéri. 


Le menu du 21 Mars 

 

 Aujourd'hui, FoodChéri a proposé en entrée un met dont les Iraniens sont fans, car le dégustant souvent à la maison, lors de réceptions: le Mast Khiar. Il est accompagné d'un plat de riz aux herbes avec du poisson. C'est le mets dégusté lors du nouvel an iranien. C'est le mets de fête que l'on déguste lors déguste lors du nouvel an iranien.

- Les herbes évoquent l'éclosion de la nature verdoyante après la période hivernale

- Le poisson est symbole de vie et de pureté

 

Pour le dessert, c'est la pistache, spécialité de la ville de Kerman, au sud de l'Iran, qui sera à l'honneur. 


Le menu du 22 Mars

Afin de répondre à l'exigence veggie de FoodChéri, qui concocte au quotidien un plat pour les végétariens et les flexitariens, le deuxième menu sera 100% veggie avec un caviar d'aubergine (une tuerie) à l'ancienne elle Baghali Polo. Vous me demanderez ce que c'est? Il s'agit d'un riz à l'aneth avec des rêves accompagné de légumes rôtis: tomates, champignons et oignons rouges. 

Pour la touche sucrée, FoodChéri proposera une Panna Cotta Persane, parfumée à la rose... la rose d'Ispahan, très prisée par les plus grands pâtissiers. 


Le Menu du 23 Mars

La dernière journée, un mets traditionnel sera mis à l'honneur. Il s'agit d'un mets traditionnel et populaire que l'on mange dans tous les foyers iraniens: le Koukou Sabzi en entrée et le Khorest Gheimeh pour le plat. La viande de boeuf mijotée avec des lentilles jaunes et de la tomate est servie avec du riz parfumé au safran. Pour finir, un dessert est proposé: un flan à la fleur d'oranger et compotée d'orange. 



Crédit Photo: icemecri


Vous voulez suivre les autres histoires du chapeau, rendez-vous sur notre page instagram https://www.instagram.com/theblackwiththeblackhat/