Le chapeau qui a changé une vie

Crédit Photo: @icemecri

"Vous pouvez échouer 8 fois, mais cette neuvième tentative pourrait être le seul effort supplémentaire nécessaire pour réussir"

Bonjour les blackhats, j'ai eu la chance d'être interviewé par le magazine Expatriates Magazine, afin de raconter l'histoire de mon chapeau.

Au début, ce n'était pas facile, pas comfortable. Il faut dire, que derrière ce chapeau, je garde un certain mystère, mais je me devais de vous raconter cette histoire qui a fait de moi: @theblackwiththeblackhat

Crédit Photo: @icemecri


Traduit de Expatriates Magazine

 

-       Le plus jeune des 9 enfants d'un père béninois et d'une mère togolaise / brésilienne, Steves Hounkponou était toujours très différent de ses frères. Bien qu'il ait hérité de leurs robots et de leur jouets, c'était la poupée Barbie de sa soeur qui a attiré son intérêt. Non satisfait de sa garde-robe, il a même conçu une nouvelle ligne de vêtements spécialement pour elle! Ces premiers signes de créativité se développèrent plus tard et conduiraient Steves à lancer sa propre marque, Blackhats Paris. Mais avant cela, la résilience et le caractère de Steves seraient grandement mis au défi. Une fois que nous comprenons son voyage, pouvons-nous commencer à réaliser l'importance de la réussite de Steves.

Crédit Photo: @icemecri

À l'âge de 14 ans, votre vie a changé, qu'est-ce qui s'est passé?

 

J'étais à Paris avec ma famille à l'époque et je jouais au football avec mes amis, quand quelqu'un m'a taclé et je suis tombé sur ma cheville. Trois jours plus tard, la douleur était présente, alors mes parents ont organisé un rendez-vous médical. Les médecins ont fait quelques tests et, une semaine plus tard, les résultats sont arrivés. Ils ont découvert que j'étais HLA B27 positif et souffrait de troubles rhumatismaux.

 

Qu'est-ce que ça veut dire?

 

Le gène HLA B27 est un gène qui entraîne un risque plus élevé de certaines maladies rhumatismales telles que la spondylarthrite ankylosante, l'arthrite psoriasique et les spondylarthropathies juvéniles. Cela affecte les articulations et provoque des douleurs rhumatismales. Ma famille était déjà au courant de la maladie. Le rhumatisme est assez courant dans les régions côtières du Bénin, y compris la ville de mon grand-père, Bopa. Lorsque mon père avait 18 ans, il a essayé physiquement de l'échapper, en marchant pendant 2 jours de Bopa à Cotonou. Il a atteint sa destination, ma ville natale, Cotonou, mais n'a pas échappé à la maladie, et moi non plus.

 

Qu'est-ce qui s'est passé?

 

J'ai été admis à l'hôpital, La Pitié Salpêtrière, et je suis resté là pendant un an. J'ai eu une opération et une réhabilitation fonctionnelle pour marcher, avec une prothèse de hanche pour ma jambe droite. Ce fut un moment difficile à supporter physiquement et mentalement, en particulier lorsque mes parents, qui avaient des obligations au Bénin, ont dû repartir. Ils m'ont laissé dans les bonnes mains de ma soeur Corinne, mais ce n'était pas facile de leur dire au revoir.

Crédit Photo: @icemecri

Cela doit être difficile pour quiconque, mais surtout pour un garçon de 14 ans. Est-ce que tout se passait bien pendant votre année à l'hôpital?

 

C'était très difficile. Mes parents, en dépit d'être loin, m'ont donné du courage. Ils m'appelaient tous les jours et je me suis senti plus proche que jamais d'eux. Le problème était en réalité moi-même. J'avais 14 ans, impatient et désireux de me rétablir. Contre les conseils de mon médecin, j'ai commencé à pousser mes limites en marchant dans ma chambre, dans les couloirs de l'hôpital et en me forçant à me tenir debout pendant une heure par jour, afin de pouvoir me promener à nouveau. J'aurais dû écouter, mais j'étais jeune. J'ai cassé ma prothèse et c'est pourquoi j'ai marché en boitant et je le fais encore aujourd'hui par temps froids.

 

On peut supposer qu'après un retournement et la fixation de la prothèse, le reste est une histoire ancienne?

 

Presque, mais pas tout à fait. À l'âge de 17 ans lorsque je me préparais au Baccalauréat, je me suis rendu pour un examen de routine et mon docteur, le Dr Roland, (qui était aussi le médecin de mon footballeur préféré à l'époque, Ronaldo le brésilien ) a découvert qu'il y avait eu des développements inattendus et que j'aurais besoin d'une seconde prothèse de hanche. J'ai été admis à l'hôpital où j'ai passé une autre année. Malheureusement, cela signifiait de ne pas pouvoir passer mes examens.

 

Une deuxième année à l'hôpital? Est-ce que c'était plus facile cette fois-ci?

 

C'est pendant cette deuxième période de ma vie hospitalisée que j'ai trouvé l'inspiration. Lorsque vous êtes à l'hôpital pour une autre année, vous pouvez progresser ou régresser. J'ai commencé à regarder des défilés de mode à la télévision. Yves Saint Laurent a été mon inspiration et cette créativité depuis mon enfance s'est enflammée. Je me suis juré que dès que je quitterai l'hôpital, je suivrai ma passion, mon appel. Quand je suis sorti à 18 ans, je me suis inscrit à l'école et ai obtenu mon Baccalauréat. Avec mes qualifications en main, la mode est devenue mon objectif

Crédit Photo: @icemecri

Merci de partager ce moment décisif de votre vie. Vous en avez eu une autre, pouvez-vous nous en parler?

 

En 2015, je suis entré dans un petit magasin dans le Marais avec un ami, photographe et maintenant partenaire d'affaires Alexandre pour acheter un chapeau. Je suis tombé amoureux d'un modèle à larges bords, monté à l'arrière. Il ressemblait un peu à un chapeau de rabbin. J'ai essayé ma chance avec la conseillère des ventes pour obtenir un rabais. Elle m'a dit qu'il n'y avait pas de ristourne, mais a déclaré: "Ce chapeau changera votre vie". Alexandre s'est tourné vers moi et a dit "Steves, changes ta vie!" Quelque chose d'aussi simple qu'un chapeau allait changer ma vie, comment cela serait possible? Je n'étais pas mécontent de ma vie, mais si cela pouvait être amélioré pour 395 euros, cela valait sûrement l'investissement? J'ai acheté le chapeau dans l'espoir que la conseillère de vente avait raison. Et elle avait raison!

 

Comment cela?

 

J'avais passé une grande partie de mon enfance à l'hôpital, j'ai marché en boitant, ce  qui a instillé des moqueries de mes camarades de classe, et vous pourriez dire que je me suis développé mentalement. Ce chapeau m'a ouvert un nouveau monde, a créé une nouvelle personne, un monde de possibilités. Je suis allé à une fête et tout le monde voulait porter mon chapeau. Tout le monde voulait me parler. J'ai connu quelque chose que je n'avais jamais connu auparavant, un type d'attention positive.

 

Quelques jours plus tard, Alexandre et moi avons pris des photos de lever de soleil à la Tour Eiffel. Nous avons pris de belles photos ce matin là, mais c'était une photo spontanée en particulier, prise par Alexandre, qui serait mon moment transformateur. Nous étions dans un café et il m'a pris un rapide instant avec le chapeau, tête baissée, et je l'ai posté sur Instagram. Instantanément les personnes ont connecté avec la photo. Les gens ont commencé à suivre et à commenter. Ils étaient concentrés sur le chapeau et j'ai grandi avec une nouvelle confiance en moi. Ce chapeau m'a changé, ma faiblesse est devenue MA force.

Crédit Photo: @icemecri

Alors pourquoi les gens se connectent-ils avec le chapeau et vous?

 

On dit qu'une image signifie un millier de mots et ça l'est vraiment. Les personnes ont commencé à me dire qu'elles pouvaient s'imaginer dans mes photos et ont commencé à me demander où elles pouvaient acheter le chapeau. Je suis retourné au magasin, il était fermé, j'ai donc conçu le mien.

 

Comment était cette première création?

 

J'ai utilisé du tissu wax que m'a donné ma mère quand j'avais 14 ans à l'hôpital. Elle m'a dit "Lorsque tu as peur ou de la peine, cela te protégera et te fera sentir ma présence à tes côtés". Le chapeau a un large bord, le dos a été relevé, et son creux était plus prononcé au milieu que les autres chapeaux. Ce creux signifiait le creux dans ma hanche, pour ma prothèse, qui est devenu ma force.

 

Vous avez passé une épreuve remarquable, où en êtes-vous actuellement?

 

Aujourd'hui, je suis fier d'être un entrepreneur et un designer de sacs à main, de pochettes, accessoires et chapeaux et d'articles à base de wax, en utilisant le «savoir-faire» parisien et l'approvisionnement en wax du Bénin.

Crédit Photo: @icemecri

Parlez-nous de vos conceptions.

 

Le tote bag représente la vie parisienne avec un cuir de qualité sélectionné dans les meilleures tanneries de France et le travail est fait à la main pendant des jours dans les mêmes ateliers que ceux utilisés par les marques historiques de luxe française. Les poches et les hanses sont fabriquées avec un soutien en cuir et des détails en cuir pour sublimer et magnifier la manche. Ils sont élégants, tant pour les hommes que pour les femmes, mais avec une histoire réelle. J'aurais pu rester pendant 50 ans dans mon travail, mais il est important de vivre sa passion.

 

Votre patrimoine béninois est important dans vos designs ...

 

Oui, il est important d'avoir l'authenticité. En fait, ma mère vend des tissus en Afrique. Blackhats Paris est une marque unisexe, je veux que tous les ménages puissent au moins avoir un modèle de mon sac. Le gentleman peut le porter comme une pochette i-pad ou sac de jour , la femme comme une pochette de soirée ou autre. Ils peuvent s'échanger les articles entre eux. Je veux sublimer les tissus que ma mère vendait lorsque j'étais enfant.

 

En exclusivité, que pouvons-nous espérer voir?

 

J'ai enregistré la société Blackhats Paris à Paris en juin 2017 et la marque sera officiellement disponible en septembre 2017. Je suis actuellement en discussion avec diverses boutiques afin que vous puissiez bientôt voir mes accessoires et chapeaux et en stock. Des collaborations diverses avec des marques qui me parlent sont en cours. Je veux que la marque soit la référence du Wax. Nous avons choisi la meilleure qualité malgré le coût, car nos clients méritent le meilleur. Il y a des imitations de wax, nous choisissons le super wax qui a un plus gros investissement.

Crédit Photo: @icemecri

Votre histoire est à la fois stimulante et inspirante. Quel conseil pouvez-vous donner à quelqu'un qui est confronté à un défi?

 

Vous pouvez échouer 8 fois, mais cette 9ème tentative pourrait être le seul effort supplémentaire nécessaire pour réussir. Nous sommes tous nés avec un don, quel que soit le don que vous avez, utilisez-le. Si vous n'avez pas encore conscience de votre don, mettez votre main sur votre cœur - votre coeur est votre deuxième cerveau - et vous le trouverez. Beaucoup de gens se concentrent sur leurs erreurs, mais il est impératif de vous recentrer sur ce que vous avez déjà réalisé! Si le doute s'installe, inspirez-vous en vous rappelant vos plus grandes réalisations dans la vie, rappelez-vous que ces réalisations ont été faites par vous!

 

Suivez Blackhats Paris sur www.blackhatsparis.com et sur instagram @blackhatsparis et Steves Hounkponou sur Instagram @theblackwiththeblackhat

 

 

Traduit par Sarah sur http://paris.expatriatesmagazine.com/the-hat-that-changed-a-life-steves-hounkponous-story/#